CREATION DU NOUVEAU PROJET

Pourquoi Luc lui donnera-t-il le matricule 423 ?

La motrice 423 a été construite par Ostende en 1942 et livrée au Tramways Electriques du Pays de Charleroi & Extensions (TEPCE) la même année. Elle sera modernisée au début des années '60, lors du passage à la Société des Transports Intercommunaux de Charleroi (STIC), héritiers des TEPCE. Comme ses sœurs (série 401 à 425), elle fut mise en retraite le 30 juin 1974, lorsque les Trams Verts rentrèrent définitivement au dépôt, après la suppression des deux dernières lignes vers Montignies et Châtelineau (5 et 15).

Toutefois, elle ne fut pas ferraillée, mais préservée avec plusieurs autres motrices et remorques ... En France. Elles seront garées pendant plusieurs années en gare du Crotoy, sur le Chemin de Fer de la Baie de Somme. Une dizaine d'années plus tard, échappant à nouveau au ferraillage, la 423 revint en Belgique, en compagnie de la remorque "Type Gilly" n°1, à l'initiative de l'Association pour le Musée du Tram (AMUTRA). D'abord garés à Solre sur Sambre, les deux véhicules gagnerons au début des années '90 les réserves du Musée de l'Industrie, sur le site Cockerill de Charleroi.

Malheureusement, les déboires de l'AMUTRA conduiront la motrice 423 et la remorque 1 au chantier de ferraillage voisin, en juin 2006. A ce moment, la motrice se retrouva dans un état de non-retour : caisse tordue et partiellement détruite, désolidarisée de son châssis, ce dernier étant coupé en deux parties...

Malgré une tentative de sauvetage (de ce qui pouvait encore l'être), la 423 et la remorque n°1 furent ferraillées en juillet 2012. Si cela ne prête pas à conséquence pour la remorque, dont des exemplaires existent encore (dont la 12 attelée à la 310 en gare des Beaux-Arts de Charleroi), c'est une énorme perte pour la 423. Elle était en effet devenue la toute dernière motrice "400" des Trams Verts.

C'est pour lui rendre hommage que Luc Meurisse donnera le matricule 423 à son modèle réduit.

Voici quelques photos de la 423.

 
En 1971, la 423 débarquent des voyageurs Chaussée de Philippeville, près des 4 Bras de Couillet. Elle assure un partiel sur la ligne 9 Jumet - Loverval.
Photo Jean de Meurs, collection Meurisse/Meysman.
  A Solre sur Sambre, en compagnie de la remorque n°1, attendant des jours meilleurs qui ne viendront jamais...
 
En 2007, à la ferraille, avec une phase éventrée...
Seules deux plaques intérieures avec son numéro seront sauvées in-extrémis.


Cliquez sur une des photos pour une vue agrandie


-/-